Juin 229

 

Les mots du Flore

 
Discrètement installé, au Café de Flore,

Les pensées, une à une, il explore.

Les mots s’entrechoquent,

Plongés, dans une autre époque.

 

Un œil doux et avisé,

Il laisse subtilement glisser,

Sur ces âmes de passage,

Capturer leurs plus beaux messages.

 

Le vent entre dans la salle,

Vogue une fraicheur sentimentale,

Dont l’auteur, s’inspire,

Puis délicatement, écrire.

 

Plongée dans ses lectures,

Une divine créature,

Ignore cet inconnu,

Qui joue d’une rime en U.

 

Tant de souvenirs, habitent ce lieu,

Ces doigts se crispent peu à peu.

L’auteur s’éclipse en un tour,

Reviendra-t-il un jour ?

 

J’aperçois sa veste de cuir,

Il vient juste, de s’enfuir…