Routes infinies...
 
Sur la gauche, un virage,
Sa jeunesse est un mirage ?
La route se poursuit, tout droit,
Fébrilement, il vole vers ses bras.
 
Devant un céder le passage,
Un instant, glisse son âge.
A Caen, le prochain stop,
Le temps se consume, telle une clope
 
Sur l’autoroute de ses pensées,
Aucun signe de danger,
Il avance la sérénité en lui,
La savourer toute une nuit...
 
Routes infinies...
Autoroutes de ses envies...
Un jour, il la retrouvera,
Et jamais plus, ne la quittera.
 
Une note de bitume
Une touche de goudron
Rêver dans la brume
D’embrasser sa Cendrillon