Silence radio !

 

Vous me parlez de la crise,

Je vous parle de l’amour,

Des âmes qui sous l’emprise,

Vivent de très beaux jours.

Vous me parlez de misère,

Je vous parle de chimères,

De plaisirs à foison,

Jusqu’à la déraison.

Vous me parlez de la peur,

Je vous parle du bonheur,

De deux corps qui se touchent,

Sur un lit, qui se couchent.

Vous me parlez de récession,

Je vous parle d’imagination,

D’une dame, de son charme

Et d’un homme, sans armes.

 

Silence radio !

Passe à la météo !

Puis laisse-moi rêver,

A ces lèvres embrassées.