Absence du jour

 

Pour encore un soir,

La chaise est vide,

Mais tout ton toi,

Rayonne en moi.

 

Le souvenir de ton sourire,

Réchauffe mes veines,

Le flash de nos soupirs,

Aiguise, lentement mes peines.

 

Mon nez tremble à te sentir,

Ton parfum flotte, dans mon délire,

Mon cerveau bouillonne,

Lorsque ton prénom raisonne.

 

Tu apparais, soudain devant moi,

Mirage furtif, somme d’émois,

Mon corps est assis là,

Mais cœur est dans tes bras.

 

Belle douceur, fruit de l’amour,

Chaude tendresse, rêve de retour,

Mon cœur est lourd,

De ton absence du jour.